L’autorité politico-administrative doit avoir un œil regardant sur les agents de l’ordre censés exécuter les mesures relatives à la lutte contre la pandémie à coronavirus (Me Jean-Luc BAHATI, participant au débat citoyen de CPN)
13 juillet 2020
L’organisation des élections locales comme piste de solution pour améliorer la gouvernance locale des entités territoriales décentralisées (Débat citoyen de Congo Peace Network)
16 juillet 2020
Show all

Congo Peace Network prêche les Droits Humains dans le Sud-Kivu malgré la pandémie à Coronavirus

Dans le strict respect des gestes barrières et la distanciation sociale tels qu’édictés par l’OMS et les autorités congolaises pour stopper la propagation de la pandémie à Coronavirus, Congo Peace Network, une organisation sans but lucratif de droit congolais qui a pour mission d’œuvrer pour la paix et la cohabitation pacifique par la promotion de la justice et des droits humains en République Démocratique du Congo, a tenue des séances de formation dans le Sud-Kivu sur le thème : « Les Droits humains et les techniques de plaidoyer pour le respect des libertés publique en RDC », à l’intention des autorités politico-administratives, militaires, policières, de l’ANR, de la société civile ainsi que des jeunes des clubs de paix de Congo Peace Network, dans l’objectif d’mener les autorités, les leaders locaux et les jeunes défenseurs des droits humains à améliorer leurs connaissances sur les instruments de protection de droits et libertés fondamentaux ainsi que sur les techniques efficaces de plaidoyer pour le respect des libertés publiques dans leurs entités.

Photo CPN, participants à la formation à Idjwi, mai 2020

D’abord à Bukavu du 6 au 7 mai 2020 puis à Idjwi du 9 au 10 mai 2020, ces ateliers de formation qui s’inscrivent dans l’exécution du projet de Congo Peace Network intitulé Engagement communautaire pour l’exercice des droits et devoirs dans les entités locales au Nord et Sud Kivu », par lequel Congo Peace Network veut contribuer à l’engagement  des autorités locales, des jeunes défenseurs de droits humains et des populations des entités territoriales dans le respect des droits de l’homme et l’appropriation de la gouvernance locale, visent à renforcer les capacités des autorités administratives et sécuritaires des entités locales, des leaders de la société civile et des jeunes défenseurs de droits humains membres de clubs de paix ; et de les engager  dans le combat du respect des libertés publiques et de la promotion de la gouvernance participative de ces entités dans le respect de la constitution et des autres instruments juridiques de protection de droits humains en vigueur en RDC ; tout en amenant les autorités à avoir une attention particulière sur le travail de jeunes défenseurs de droits humains de leurs entités respectives.

Photo CPN, participants à la formation à Bukavu, mai 2020

Ainsi, le premier jour de la formation dans chacune de ces entités consacré à l’analyse des droits humains et leurs mécanismes de protection, visait essentiellement à améliorer les connaissances sur les missions des autorités pendant l’exercice des libertés publiques et la prévention des abus et violations des droits humains d’une part, et de l’autre à les amener à partager leurs expériences sur les violations et abus de droits et libertés fondamentales dans leur milieu et ont accepté de collaborer pour la consolidation de l’Etat de droit dans leur entité.

Photo CPN, participants à la formation à Idjwi, mai 2020

Quant au deuxième jour de formation, il visait premièrement, à poser les bases pouvant permettre la meilleure compréhension des notions basiques sur les libertés publiques, entre autres le cadre légal et régime juridique applicable aux libertés publiques, les obligations légales de la PNC, FARDC, de l’Etat, de jeunes, ainsi que celles des organisations de la société civile pendant l’exercices des libertés publiques, et deuxièmement, à expliquer aux participants les principes, techniques de monitoring afin de les amener à une bonne planification de leurs actions de plaidoyer pour un meilleur exercice des droits et libertés dans la province du Sud-Kivu en général et plus particulière

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *