ETD du Nord et Sud-Kivu : CPN organise des dialogues sociaux autour du thème « L’Etat de droit et l’Exercice des libertés publiques en RDC : Mythe ou réalité ?»
3 septembre 2020
Des audiences foraines pour punir et décourager les violations des droits humains (Recommandation au cours du débat citoyen de Congo Peace Network).
18 septembre 2020
Show all

La police recommande à la société civile de sensibiliser la population sur le respect des gestes barrières en période de pandémie

Cette recommandation du Commissaire AKILIMALI Claude, chargé de de la sécurité publique dans la commune de Karisimbi a été faite au cours d’un débat citoyen organisé par Congo Peace Network du 27 au 28 aout 2020 à son centre des droits humains et de la paix, autour du thème : « L’exercice des droits, devoirs et libertés publiques pendant la période de la COVID- 19 » dont le but étaitde faire un état de lieu sur l’exercice des droits, devoirs, et libertés publiques pendant la période de la Covid-19, de réfléchir sur les abus et violations des droits humains constatés pendant la période de la Covid-19 et proposer des solutions et perspectives  qui favorisent la meilleure jouissance des droits, devoirs, et libertés pendant cette période  de pandémie voire même après, d’une part et de l’autre, d’ amener les participants à réfléchir et partager les idées sur l’exercice des droits, devoirs et libertés publiques pendant la période de la Covid-19 en vue de proposer des solutions concrètes et constructives pour le respect des droits et devoirs des uns et des autres pendant cette période la pandémie. 

Ces deux jours d’échanges auxquels ont pris part les autorités politico-administratives, policières, militaires, de l’ANR et d’autre part les jeunes des clubs de paix de Congo Peace Network, les jeunes des mouvements citoyens et la société civile en général, avaient pour objectif de faire un état de lieu de l’exercice des droits, devoirs et libertés pendant la période de la pandémie à Coronavirus, d’identifier les différentes violations et abus des droits humains commis pendant cette période et formuler des recommandations et pistes des solutions pour un meilleur exercice des droits, devoirs et libertés.

Photo CPN, travaux en carrefour du groupe des policiers et militaires lors du débat citoyen, août 2020

Prenant la parole devant l’auditoire, le Commissaire de la PNC chargé de la sécurité publique à la Commune de Karisimbi, la police a dans la majorité des cas été et est respectueuse des droits humains et libertés publiques pendant la période de la pandémie et a joué un de premier plan pour exécuter les ordres donnés par les autorités du pays pour stopper la propagation de la pandémie malgré quelques failles.

« Je reconnais qu’il y a eu quelques cas des dérapages de la part des éléments de l’ordre dans l’exécution de leurs missions mais les quelques agents qui se sont illustrés et qui continuent à s’illustrer dans les violations des droits humains pendant cette période de la pandémie ont été remis à la justice pour subir la rigueur de la loi et décourager d’autres policiers à ne pas adopter des comportements contraires aux droits humains. »

Il a par ailleurs appelé la société civile à ne pas seulement indexer la police qu’elle ne fait pas bien le travail, alors qu’elle aussi n’en fait pas. « La société civile doit nous aider à sensibiliser la population sur le respect des gestes barrières édictées par les autorités. Dans le cas contraire, elle croisera sur son chemin la police qui est déterminée à les faire respecter. Nous, à notre niveau, nous avons déjà sensibilisé assez la population, c’était la phase de la prévention. Maintenant, nous sommes plus à la phase de la répression de tout contrevenant. Si la population est sensibilisée sur le respect des gestes barrières, la police brutalisera qui si tout le monde porte son cache-nez correctement ? », s’interroge-t-il

 Pour conclure, le Commissaire dit prendre acte des différentes recommandations de la population : « Nous avons écouté la société civile dénoncer la brutalité policière et nous vous promettons que nous allons continuer à éduquer notre police pour qu’elle se montre respectueuses des droits humains et surtout de la dignité humaine lors des interventions. Nous avons déjà commencé, le processus est en cours. »

Photo CPN, participants au débat citoyen, août 2020

Signalons que ces échanges s’inscrivent dans l’exécution du projet de Congo Peace Network «Engagement communautaire pour l’exercice des droits et devoirs dans les entités locales au Nord et Sud Kivu » par lequel il veut contribuer à l’engagement des autorités locales, des jeunes défenseurs de droits humains et des populations des entités territoriales dans le respect des droits de l’homme et l’appropriation de la gouvernance locale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *