L’exclusion de Beni, Butembo et Yumbi aux scrutins du 30 décembre 2018 : les jeunes des clubs de paix de Congo Peace Network se prononcent.

Congo Peace Network organise une conférence-débat autour du thème « comment calculer les voix des candidats pour être élu : seuil d’éligibilité »
27 décembre 2018
Congo Peace Network organise une tribune d’expression citoyenne à Goma sur les attitudes des électeurs dans la prévention des violences durant la période post-électorale.
16 janvier 2019
Show all

L’exclusion de Beni, Butembo et Yumbi aux scrutins du 30 décembre 2018 : les jeunes des clubs de paix de Congo Peace Network se prononcent.

En vertu de l’article 5 de notre constitution : « La souveraineté nationale appartient au peuple. Tout pouvoir émane du peuple qui l’exerce directement par voie de référendum ou d’élections et indirectement par ses représentants. Aucune fraction du peuple ni aucun individu ne peut s’en attribuer l’exercice ;… Le suffrage est universel, égal et secret. Il est direct ou indirect ;….Sans préjudice des dispositions des articles 72, 102 et 106 de la présente Constitution, sont électeurs et éligibles, dans les conditions déterminées par la loi, tous les Congolais de deux sexes, âgés de dix-huit ans révolus et jouissant de leurs droits civils et politiques. »

Nous référent à l’article 2 de la décision  №55/CENI/BUR/ 18 du 26 décembre 2018 du président de la CENI, stipulant que : « Les élections directes dans les circonscriptions électorales de BENI, BENI ville et BUTEMBO ville en province du Nord-Kivu ainsi que YUMBI dans la province de MAI-NDOMBE, initialement prévues le 30 décembre 2018, sont programmées au mois de mars 2019 et feront l’objet d’un calendrier spécifique. » ;

 Nous jeunes de clubs de paix de Congo Peace Network, considérons que cette disposition est une source de provocation et d’incitation des congolais à une gamme de contestations pouvant handicaper la tenue des élections en RDC à la date du 30 décembre 2018 ; car cette décision de la CENI, constitue une atteinte grave à l’esprit et la lettre de l’article 5 de la constitution qui garantit et protège le « droit aux élections » et « au vote » à tous les congolais, conformément à la loi électorale de 2017. A cela, nous nous posons les questions de savoir Comment le président et les députés qui seront élus à l’issue des élections du 30 décembre 2018 auront-ils la légitimité dans ces circonscriptions exclues par la CENI ? La CENI est-elle vraiment compétente à pouvoir exclure une partie des congolais à jouir et à exercer leur droit constitutionnel en évoquant des motifs dépourvus de raison ? Comment la CENI calculera-t- elle le seuil de représentativité pour les législatives nationales et provinciales des autres circonscriptions sans avoir les résultats des ces quatre circonscriptions exclues afin d’attribuer des sièges ?

Tenant compte de crise actuelle et conscients qu’il est temps que la souveraineté du peuple soit exercée par ce dernier ; observant la nécessité et l’urgence pour tous les congolaises et congolais à pouvoir choisir leur nouveau président, leurs nouveaux députés nationaux et provinciaux en date du dimanche 30 décembre 2018, afin d’une alternance démocratique et politique en RDC ; Nous jeunes de clubs de paix de Congo Peace Network, soucieux d’aller massivement aux élections avec tous nos compatriotes de BENI ville et territoire, de BUTEMBO ville et de YUMBI ; exigeons et demandons à la CENI ce qui suit :

  1. De respecter le communiqué de presse du président de la CENI, du jeudi 20 décembre 2018, qui avait annoncé que les scrutins directs présidentiels, législatives nationales et provinciales auront lieu le 30 décembre 2018 sur toute l’étendue du territoire national, sans exception aucune ;
  2. D’annuler sans condition sa décision discriminatoire №55/CENI/BUR/18 du 26 décembre 2018 qui repousse en mars 2019, injustement et illégalement la tenue  des élections directes dans les circonscriptions de BENI ville et territoire, BUTEMBO et YUMBI, en violation fragrante de l’article 5 de la Constitution et de l’accord politique du 31 décembre 2016 ;
  3. Nous rappelons à Mr Corneille NANGAA, que son pouvoir se limite à l’organisation des élections dans le respect de la loi et qu’il doit éviter de prendre des décisions susceptibles de déclencher une guerre civile, si pas de cautionner les tentatives de la balkanisation du pays ; étant donné que les motifs du report et d’exclusion de circonscriptions concernées par sa décision ; sont sans fondement ; car la campagne électorale s’est très bien déroulée dans ces contrées et que les candidats et les électeurs attendent avec soif ce dimanche 30 décembre 2018 pour aller voter et sanctionner positivement ceux qui méritent, en leur octroyant la légitimité.

 

Fait à Goma, le 27 décembre 2018

Pour Congo Peace Network

 

La Coordination Nationale

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *