Etat d’urgence sanitaire : La défense des principes fondamentaux de l’Etat de droit en vue de renforcer l’exercice des libertés publiques (Débat citoyen de Congo Peace Network)
21 juillet 2020
Les jeunes du club d’hygiène, assainissement et développement de l’ISDR/GL formés par Congo Peace Network sur les droits civils et politiques, la démocratie et la bonne gouvernance, et la résolution pacifique des conflits
29 juillet 2020
Show all

Quel apport des autorités et des citoyens dans la consolidation de la démocratie et la bonne gouvernance en RDC ? (Débat citoyen de Congo Peace Network

Du mercredi 20 au jeudi 21 mai 2020, au centre pour les Droits Humains et la Paix de Congo Peace Network, s’est tenu un débat citoyen sur l’apport des autorités et des citoyens dans la consolidation de la démocratie et la bonne gouvernance en RDC, dans l’objectif d’encourager l’esprit du dialogue participatif entre  les autorités administratives, sécuritaires et les jeunes  pour le respect des principes de bonne  gouvernance au niveau local, en vue de consolider  la culture démocratique et la redevabilité des autorités au sein de la société.

Ce débat participatif auquel ont pris place les autorités politico-administratives, la société civile ainsi que les jeunes membres des clubs de paix de Congo Peace Network avait pour le but d’ identifier les causes, les conséquences de la mauvaise gouvernance  en vue de proposer des solutions qui favorisent le respect des principes démocratiques de gouvernance dans la gestion des entités territoriales décentralisées en RDC en général, dans la ville de Goma en particulier, ce qui permettra aux dirigeants et aux jeunes de savoir leurs parts de responsabilité face aux défis et enjeux de la démocratie et la gouvernance  dans la gestion des entités locales en ville de Goma.

En ouverture des débats, la première débitrice, Mdm Félicité MUGOMBOZI, chef des travaux à l’Université Libre des Pays des Grands-Lacs, a commencé par faire le diagnostic de la situation de la bonne gouvernance et du processus démocratique en RDC en général et dans la ville de Goma en particulier. Selon elle, il y a un fossé entre les notions théoriques de bonne gouvernance et de démocratie et leurs applications concrètes au sein des entités locales en ville de Goma qu’il s’agisse de la mairie ou des communes, et la manifestation concrète de cet écart c’est que les animateurs de ces entités, censés être élus, continuent d’être nommés, ce qui ne favorise à rien leur redevabilité. Parlant du rôle des citoyens et de la société civile, Madame Félicité estime qu’il doit être situé à trois niveaux : Faire le monitoring, faire le contrôle des gouvernants et mener des actions de plaidoyer et des actions de terrain pour obtenir des changements des politiques et des lois qui ne favorisent pas la culture démocratique et de la bonne gouvernance en RDC.

Pour le deuxième débateur, Mr Jonathan TABARO, avant de penser aux notions de bonne gouvernance et de démocratie en RDC, il faut commencer par l’instauration de l’autorité de l’Etat sur toute l’étendue du pays, dans les provinces et dans les territoires, car selon lui, la démocratie ne se limite pas seulement au droit de voter et d’être voté. Quant à l’apport des autorités politico-administratives dans la consolidation de la bonne gouvernance et de la démocratie en RDC, Mr Jonathan a estimé que ce dernier a un rôle de premier plan à jouer en ce sens que non seulement c’est à lui qu’appartient le monopole de la violence légitime et de sanction, mais aussi, c’est à lui de disponibiliser des moyens pour organiser les élections qui sont les leviers du processus démocratique.

Pour Jimmy NZIALY, le Coordonnateur National du mouvement citoyen Génération Positive et le troisième débateur, il est important que la société civile joue un rôle aussi bien en amont notamment dans l’éducation des masses sur la culture démocratique et la bonne gouvernance, qu’en aval par le contrôle de ses dirigeants.

A la fin de ces séances dé débat, les participants, ont émis un vœu de voir Congo Peace Network, en tant qu’organisation de la société civile, d’ouvrir ces genres d’espaces au grand public et étendre ces genres d’activités non seulement en milieu urbain mais aussi dans les milieux ruraux au profit aussi bien des intellectuels que de non, pour une meilleure éducation civique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *