Sumaili, le DG de NTC image, partage son expérience avec les Jeunes de Congo Peace Network.
27 décembre 2018
L’exclusion de Beni, Butembo et Yumbi aux scrutins du 30 décembre 2018 : les jeunes des clubs de paix de Congo Peace Network se prononcent.
28 décembre 2018
Show all

Congo Peace Network organise une conférence-débat autour du thème « comment calculer les voix des candidats pour être élu : seuil d’éligibilité »

C’est en date du mercredi 26 décembre 2018, que Congo Peace Network a réuni plus de 70 personnes dans la salle de l’hôtel Kivu Dream, pour une conférence autour du thème « comment calculer les voix des candidats pour être élu : seuil d’éligibilité ».

Tout au long de son exposé, l’oratrice du jour, en la personne de Me Félicité MUGOMBOZI, chercheuse et analyste scientifique, enseignante à la faculté de Droit de l’ULPGL, a éclairci l’opinion des participants sur la question du seuil d’éligibilité, tout en visant les objectifs suivants :

  • Informer les participants sur la notion du seuil de représentativité nouvellement introduit dans le système électoral en RDC ;
  • Informer les participants sur le mode des calculs des voix d’après le seuil de représentativité ;
  • Ecouter les points de vu des jeunes quant à l’introduction du seuil de représentativité dans la loi électorale ;
  • Relever le niveau de compréhension des jeunes sur le calcul des voix des candidats et comment gagner un siège ;
  • Encourager les jeunes à sensibiliser les autres couches de la population sur la matière susmentionnée.

Lors de leurs réactions, les participants ont soulevé des questions relatives à la répercussion du seuil d’éligibilité sur les suppléants des députés nationaux et provinciaux ; l’inadaptation de cette révision légale à la politique congolaise et enfin à l’effectivité de la tenue des élections en RDC.

En réponse à ces questions, l’oratrice a rappelé aux participants que la révision légale était l’apanage de la CENI qui a jugé bon et utile la répartition des sièges sur base du seuil d’éligibilité, elle a interpellé les jeunes, leur demandant d’être confiant par rapport au processus électoral que conduit la CENI et donc à la tenue des scrutins le 30 décembre 2018, et pour finir, elle a insisté sur le fait qu’atteindre le seuil d’éligibilité et le dépassé pour un candidat ne donne pas droit à son suppléant d’obtenir un siège.

Signalons qu’un sentiment d’inquiétude et de manque de confiance pouvait se lire sur les visages des participants, suite à l’annonce faite du report et de la passation séquentielle et fractionnée des élections.

C’est en date du mercredi 26 décembre 2018, que Congo Peace Network a réuni plus de 70 personnes dans la salle de l’hôtel Kivu Dream, pour une conférence autour du thème « comment calculer les voix des candidats pour être élu : seuil d’éligibilité ».

Tout au long de son exposé, l’oratrice du jour, en la personne de Me Félicité MUGOMBOZI, chercheuse et analyste scientifique, enseignante à la faculté de Droit de l’ULPGL, a éclairci l’opinion des participants sur la question du seuil d’éligibilité, tout en visant les objectifs suivants :

  • Informer les participants sur la notion du seuil de représentativité nouvellement introduit dans le système électoral en RDC ;
  • Informer les participants sur le mode des calculs des voix d’après le seuil de représentativité ;
  • Ecouter les points de vu des jeunes quant à l’introduction du seuil de représentativité dans la loi électorale ;
  • Relever le niveau de compréhension des jeunes sur le calcul des voix des candidats et comment gagner un siège ;
  • Encourager les jeunes à sensibiliser les autres couches de la population sur la matière susmentionnée.

Lors de leurs réactions, les participants ont soulevé des questions relatives à la répercussion du seuil d’éligibilité sur les suppléants des députés nationaux et provinciaux ; l’inadaptation de cette révision légale à la politique congolaise et enfin à l’effectivité de la tenue des élections en RDC.

En réponse à ces questions, l’oratrice a rappelé aux participants que la révision légale était l’apanage de la CENI qui a jugé bon et utile la répartition des sièges sur base du seuil d’éligibilité, elle a interpelé les jeunes, leur demandant d’être confiant par rapport au processus électoral que conduit la CENI et donc à la tenue des scrutins le 30 décembre 2018, et pour finir, elle a insisté sur le fait qu’atteindre le seuil d’éligibilité et le dépassé pour un candidat ne donne pas droit à son suppléant d’obtenir un siège.

Signalons qu’un sentiment d’inquiétude et de manque de confiance pouvait se lire sur les visages des participants, suite à l’annonce faite du report et de la passation séquentielle et fractionnée des élections.

Voici la conference en revue

  

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *